Revue de presse juin 2017 : Alexandre Lamy : « C’est un honneur de recevoir Bertrand Amoussou, ambassadeur du MMA en France… »

Alexandre Lamy : « C’est un honneur de recevoir Bertrand Amoussou, ambassadeur du MMA en France… »

Le  président de la commission française de MMA, Betrand Amousssou a répondu présent à l’invitation du Fight Club Fitness de pour un stage de découverte loin des clichés de ce sport de combat. Alexandre Lamy, le responsable de la salle Chatillon-le-Duc dans le Grand Besançon  a répondu à nos questions sur ce sport à la réputation sulfureuse…

Les frères Lamy ont été les premiers à introduire le MMA (arts martiaux mixte) Pancrace en 2006 en Franche-Comté et au-delà.  Ce sport de combat connaît aujourd’hui un véritable engouement. Près de 200 personnes le pratiquent régulièrement au Fight Club Fitness et les effectifs pourraient doubler la saison prochaine.

Alexandre Lamy est loin de l’image qui peut être véhiculée autour du MMA, considéré comme trop violent par ses détracteurs. C’est pourquoi il a invité Betrand Amousssou, véritable ambassadeur du MMA en France et qui se bat pour sa reconnaissance officielle…

Quelles sont vos relations avec Bertrand Amoussou ?

Alexandre Lamy :  Le papa de Bertrand, Simon Amoussou, est notre Sensei. C’est un grand maître d’art martiaux international en karaté et judo. Cela fait des années que l’on se connaît. C’est un peu notre famille. Il a été notre instructeur à l’Insep, nos avons passé nos diplôme de MMA avec lui. C’est un grand ambassadeur du MMA. Il part régulièrement au Liban, aux États-Unis, en Angleterre.

C’est une chance et c’est honorant pour nous  d’avoir Bertrand Amoussou qui nous a choisit pour diffuser d’avantage l’image du MMA…

On dit que le MMA est un sport violent…

Alexandre Lamy :  Il y a une forme d’intoxx et d’amalgame du à certaine image sauvage durant les compétitions américaines. Le phénomène de cage dans laquelle se déroulent les combat effraie. Le MMA est très médiatisé depuis les années 90. Il faut préciser que c’est un sport de combats mixés avec le respect d’une discipline martiale. A l’inverse, personne n’a jamais communiqué sur  cette pratique du sport où il y a énormément de préparation, d’assouplissements, etc.  C’est un des sports où l’on se blesse le moins. Quant à la cage, c’ est un organe de protection. C’est une sécurité  pour ne pas traverser comme dans un ring. On  a besoin que les gens comprennent ce qu’est le MMA dans sa réalité et non dans l’effusion médiatique. Cela n’a rien à voir avec les championnats américains très orientés spectacle …

Le MMA c’est un peu comme le Ji Kun Do de Bruce Lee dans les années 60 70 avec cette même image. Aujourd’hui, on compte des clubs de cet art martial partout en France. Il y a aussi le  lobbying du judo. Nous réclamons la légalisation de la compétition du MMA en comme Bertrand Amoussou qui est des ambassadeur du MMA en France et qui saura le structurer de manière  sécurisée…

Tous les sports de combat ont un certain niveau de violence. Avec le MMA, l’avantage, c’est que ce n’est pas un sport  que l’on peut pratiquer immédiatement pour être violent. On est sur de la technique. On avance d’une certaine manière, il y a un ordre à respecter…

Qu’est-ce qui attire dans le MMA ?

Alexandre Lamy :  C’est vrai qu’il y a une demande très importante depuis un certain nombre d’années. Nous devrions compter près de 400 pratiquants la saison prochaine ! Il s’agit d’un sport extrêmement complet, varié et ludique. C’est ce qui plait.  Les gens viennent chercher une synthèse. Ils se sont aperçus que l’on  pouvait boxer, kicker, faire de la lutte, de la capoiera, etc.

Tout le monde peut pratiquer le MMA. Ne faut-il pas une bonne condition physique ?

Alexandre Lamy : C’est comme pour toute discipline sportive . Le MMA, c’est comme sur les boites de jeu, ça va de 7 à 77 ans ! Tout le monde peut en faire.  Ça commence toujours « très doux », forcément. Nous avons des cours débutants jusqu’aux cours confirmés.  Et puis, les gens se découvrent à travers ce sport, c’est là que ça devient intéressant et c’est pour cela que nous proposons des cours individuels, groupés (5-10 personnes maximum) et des cours collectifs. Et puis, le MMA féminin commence aussi à se faire connaître et qui connaît succès foudroyant. Nous sommes  aujourd’hui un des plus gros club MMA en France.

Le Fight club  est orienté en ce sens. C’est une philosophie : il y a le combat, la performance mais on oriente surtout  ce côté sportif pour s’éduquer ou se rééduquer. Notre salle a son propre style. Je suis flatté  quand des personnes de l’étranger disent qu’ils n’ont jamais vu ça dans l’état d’esprit d’un club. Le sport est une performance Avec Bertrand Amoussou qui vient samedi, on ne peut pas assurer meilleure méthode…

Source : Macommune

Laisser un commentaire